Top

De Hpa-An à Kalaw, c’est environ 600km et surtout 12h de bus… et niveau confort, c’est ultra basique, les sièges s’inclinent à peine… Rien à voir avec les bus que nous avions l’habitude de prendre en Amérique du Sud ! Avec en bonus, les hommes qui passent leur temps à chiquer du bétel et à cracher dans leur sac plastique ou dans une bouteille… c’est pas ce qu’il y a de plus glams … On a hâte d’arriver…

Nous avons changé d’état, et sommes maintenant passé dans l’état Shan. Kalaw, c’est un tout petit village, un marché et 2 pagodes à voir, on en a vite fait le tour…

Alors pourquoi nous sommes venus à Kalaw ?

Car nous voulons faire étape au lac Inle et, nombre de voyageurs nous ont recommandé de faire un trek entre Kalaw et Inle. Allez, vendu !

Et pourquoi pas entre Inle et Kalaw ? C’est ce que nous pensions faire initialement. Jusqu’à ce que nous rencontrions une voyageuse au Mont Shwegabin qui nous dit : « ah bon, vous le faites en montant…? »

Comment ça en montant?

Un détail qui n’en est pas un, et qui nous avait échappé… Kalaw est à 1300m d’altitude et Inle, à 900m. Alors forcément, ça monte plus dans un sens que dans l’autre…

L’autre raison, c’est que dans le sens Kalaw – Inle, on est récompensé à la fin du trek en arrivant sur le lac.

A noter qu’il faut s’acquitter d’un péage de 15000 Kyats pour entrer dans la région.

Notre trek de Kalaw à Inle en 3 jours… ou 2…

Il est ici déconseillé de faire un trek sans guide. On suit les conseils de nos amis Céline et Séb qui nous recommande leur guide, Lu Chaw, mais, n’étant pas disponible, lui-même nous recommandera un autre guide, Win Khant.

On échange rapidement avec lui sur Messenger, et banco, départ le lendemain matin à 9h !

Comme dirait Win : « C’est parti mon kiki ! »

On ne connaissait pas vraiment le programme. On découvre qu’en réalité, on va faire le trajet jusqu’au lac Inle en 2 jours quand on pensait le faire en 3, le troisième jour étant consacré à la visite du lac.

Du coup, ce sera 30 km de marche par jour pour les deux premiers jours… Ouch…

Ça démarre direct depuis l’hôtel…

Selon lui, c’est « facile »… Même si, comme il dit : « ça monte et ça descend »…

Mais… dès la première matinée, ça pique… 4h30 de marche, on traverse une petite forêt de pins, puis des champs et une série de petits villages. Plus on avance, et plus on s’enfonce dans le Myanmar profond… Des villages d’un autre âge… des maisons en bois sur pilotis, le bétail sous la maison…

Régulièrement, on croise des buffles. Win nous raconte qu’un homme a été tué il y a peu de temps par un buffle qui protégeait son petit… on est maintenant hyper rassuré quand on les croise…

Une courte pause déjeuner à l’étage de ce qui nous paraît être une maison plus qu’un restaurant… et c’est déjà reparti… sous un soleil de plomb…

Il nous reste environ 2h de marche, à travers les champs. Des paysages très arides, l’eau se fait rare à certains endroits, le riz a été récolté et remplacé par des plantations de pommes de terre et d’ail, et, ici, ce sont les femmes qui travaillent dans les champs alors que les hommes fabriquent des paniers en bambous !

Les derniers kilomètres sont durs durs…

Mais nous y voilà… enfin, dans le petit village de « Part Tu » ! Et c’est ici que nous passerons la soirée et la nuit, chez une famille du village.

On découvre la maison, et comment dire… c’est rudimentaire… La « cuisine » se trouve dans un petit cabanon de bambou, à l’écart, avec un feu de bois au sol. Dans la maison principale, le rez-de-chaussée, c’est pour les 2 vaches et le stockage des récoltes. A l’étage, les chambres de la famille entourent une pièce où nous dormirons. Bon, on a un peu l’impression de dormir avec eux…  Un matelas de 3 cm d’épaisseur, quelques couvertures poussièreuses… Mais ça fera l’affaire !

Et si on prenait une petite douche après cette bonne journée de marche…?

Mais ici, il n’y a ni eau courante ni électricité… On remplit notre bassine en allant puiser l’eau (bien fraîche) du puits. Et la « salle de bain », c’est 3 planches et un bout de tissu d’un mètre de haut, histoire de cacher le principal… Armé d’un peu de courage, ça fait finalement du bien !

On se balade dans le village, on partage un petit moment sympa avec la famille voisine, et comme souvent ici, on fait le plein de sourires !

Après une nuit à peine réparatrice et un rapide petit déjeuner, ni une ni deux, c’est reparti… Et à peine a-t-on démarré que Win repart au pas de courses, mais, avec nos jambes encore rouillées et endolories de la veille, on ralentit le rythme…

Par chance, après quelques kilomètres, nous tombons par hasard sur une « monk ceremony » dans un petit village. Win propose de s’y arrêter.

Ici, tout homme doit en théorie, être moine une fois dans sa vie, pour une durée variable et le « Shin Pyu » est une cérémonie au cours de laquelle les garçons deviennent « moines novices ».

Les futurs moines sont à l’honneur, maquillés, coiffés et vêtus de vêtements de soie brodés, de telle sorte que l’on croirait des petites filles…

Durant 2 jours, les familles des futurs moines invitent chez elles toutes les familles du village et des villages alentours à venir prendre le thé, manger des biscuits, fumer et discuter… Un défilé incessant de personnes qui entrent et sortent à l’étage de la petite maison !

Intrigués, amusés et curieux, on restera un bon moment à les observer, se faisant tout petits pour ne pas les déranger… Un chouette moment d’immersion…

C’est bien beau cette pause, mais il nous reste des bornes à faire ! Et plus qu’on ne l’imaginait… Ou alors, c’est parce que chaque kilomètre est de plus en plus difficile… on commence sérieusement à avoir mal aux jambes, aux cuisses et aux pieds… Et aussi aux genoux, car sur les derniers kilomètres, ça descend sacrément !

Les paysages changent, c’est maintenant bien plus vert… Quelques frayeurs lorsque l’on croise, à plusieurs reprises, des serpents sur notre chemin… D’autant plus que Win fait des bons de 3 mètres en arrière chaque fois qu’il en aperçoit un, et nous dit que certains sont peut-être dangereux… ahaha merci Win !

Pour la pause déjeuner, il nous emmène dans un petit restaurant de fortune installé en bord de route. C’est peut-être parce qu’on attendait ça plus que jamais mais les Shan noodles sont encore meilleures que d’habitude !

Après encore quelques kilomètres de marche, ce sera à l’arrière d’un camion, dans la benne, assis sur des briques avec les ouvriers, que nous terminerons le dernier tronçon. Sur une piste de terre rougeâtre  au milieu des rizières toute vertes et des maisons sur pilotis… C’est juste trop beau…

Alors que nous avons eu le sentiment d’avoir été coupés du monde durant ces deux jours, c’est un peu un retour à la « civilisation » ici, car c’est bien plus animé…

Une fois n’est pas coutume, on ne connait pas clairement le programme pour la suite. Win nous emmène d’abord dans la maison de sa belle-mère où il vit avec sa femme.

On imaginait revenir ici dans un village plus développé. Mais en fait, pas vraiment… Une toute petite maison faite de murs de bambous. Il y a quand même l’électricité, mais pour la salle de bain, c’est à peu près comme la veille… Au détail près qu’il n’y a même pas de « coin douche », une simple plateforme de bambous dans le jardin à la vue de tous pour se doucher… On découvrira au fur et à mesure qu’en fait, dans ces petits villages, c’est toujours comme ça, et certains se lavent la plupart du temps avec un linge autour du corps…

Sa femme travaille à la maison, et fabrique des cigarettes. On la voit à l’oeuvre, elle fait ça à une vitesse incroyable !

Un petit tour dans les alentours, et on part ensuite voir Win jouer au volley avec ses potes du village pendant que sa femme nous prépare un bon petit festin !

Alors qu’il fait déjà noir, on part maintenant dans sa famille dans le village voisin où nous allons passer la nuit. Dans la partie normalement inhabitée de la maison, au rez-de-chaussée, il a créé un petit espace nuit à l’aide de draps. C’est sommaire…

Et il nous en parlait depuis le début du trek, ce soir, c’est soirée guitare près d’un feu ! Après avoir retrouvé sa guitare, appelé ses potes et son frère, ils nous jouent, lui et son frère, plusieurs morceaux de chanteurs birmans !

Un chouette moment !

La maison se trouve en pleine campagne au milieu des champs, c’est plutôt pas mal de découvrir ça au réveil ! Win et sa femme nous préparent un super petit déj’ et nous installent une petite table au pied des bananiers dans le jardin.

Et la bonne nouvelle, c’est que la marche, c’est fini !

Le lac Inle

Au programme de ce 3ème jour : la visite du lac Inle !

Et effectivement, c’est une belle récompense après le trek.

On embarque sur un bateau, ou une pirogue plutôt… et Win nous emmène découvrir quelques sites durant cette journée.

On démarre par la visite de la pagode Phaung Daw, accessible en bateau uniquement. L’attrait principal de cette pagode, ce sont les 5 statues de Bouddha, qui ont été recouvertes de feuilles d’or au fil des années, à tel point que la forme initiale n’est même plus reconnaissable aujourd’hui !

Quand Win nous annonce le programme des visites suivantes, ça ne nous enchante pas vraiment de prime abord…

Mais après tout, nous sommes ici pour voir ce qu’il y a à voir. Alors, on lui fait confiance et on part découvrir l’artisanat du lac Inle.

On démarre par un atelier de tissage, principalement de fils de lotus et de soie. C’est finalement hyper intéressant de voir comment il est possible de créer du fil à partir des fibres de la plante. Et ça permet aussi de les voir à l’oeuvre ensuite pour créer les différents types de vêtements. On enchaîne avec les ateliers de fabrication de bateaux, de cigarettes, et enfin de bijoux.

Ce qui est sympa dans tout ça, c’est surtout de se balader à travers cette « ville » flottante ! Car, à notre grande surprise, le lac Inle, ce n’est pas un simple lac, c’est tout un réseau de canaux qui permettent d’accéder aux maisons et commerces sur pilotis. Car ici, on ne se déplace qu’en bateau !

Un autre attrait du lac, ce sont ses jardins flottants. Les habitants du lac ont en effet développé un mode de culture particulier qui leur permet de cultiver directement sur le lac, il s’agit de parcelles flottantes, fixées par des bambous. Au moment où nous y sommes passés, ils cultivaient principalement des tomates, concombres et aubergines.

A voir absolument, et de plus près !

WE DID IT !

C’est ici que se clôturent nos trois jours avec Win ! 3 jours qui ont permis d’être immergés dans un Myanmar authentique.

Et si c’était à refaire ? Nous aurions préféré que les 55 km de marche soient répartis sur 3 jours plutôt que 2 car c’était assez dur, et d’autant plus car Win avait un rythme ultra soutenu !

Et puis le petit regret, c’est d’être ici un peu trop tard dans l’année, car, ne serait-ce qu’un mois plus tôt, les rizières étaient encore en culture. Mais lorsque l’on voyage sur une longue durée, il faut accepter de ne pas pouvoir être partout à la meilleure période !

Nyaung Shwe

Nous avons choisi cette petite ville à quelques kilomètres au nord du lac pour découvrir le coin, et c’est au Baobabed Hostel que nous séjournerons.

Cette auberge de jeunesse sera un vrai coup de coeur pour nous : une déco sympa, une super ambiance, des vélos à dispo, et un rooftop avec un petit jacuzzi, où c’est Happy Hour tous les soirs ! On adore et on s’y sent bien !

A tel point qu’au lieu de n’y rester que 2 nuits comme c’était prévu initialement, nous y sommes restés 5 nuits. C’est aussi et surtout parce que nous avons rencontrés ici, dès le premier soir, une bande de joyeux lurons français, avec qui nous sommes tombés en embuscade plusieurs soirs de suite… De super soirées et souvenirs avec eux. Les soirées commencent en général à l’Happy Hour, se poursuivent dans un petit bar à l’ambiance sympa, l’Asiatico Pub, et se terminent au Night Market, dans notre restaurant préféré, le Aung Shwe Restaurant pour remplir nos estomacs !

Mais nous n’avons pas fait que cela pendant ces 4 jours ici, car il y a pas mal de choses à faire dans le coin.

Le Maing Thauk Bridge

Avec une partie de l’équipe, on enfourche nos vélos pour la journée. Rien de mieux pour découvrir les alentours.

Au total, on se fait une petite boucle d’une vingtaine de kilomètres autour du lac. Depuis Nyaung Shwe, direction le Maing Thauk Bridge, un pont de bois de 450m qui longe la rivière, et d’une solidité approximative… mais l’endroit est hyper agréable et sympa à voir. On y reviendra d’ailleurs une seconde fois pour s’y poser un peu plus longtemps, regarder les va-et-vient des pirogues sur la rivière et des locaux sur le pont…

On se fait une pause déjeuner au « Shwe Yee Win Floating Restaurant« . Situé de l’autre côté de la rivière, il faut crier « Hello! » pour que l’on vienne nous chercher en pirogue. Rien que pour ça, ça vaut le coup d’y aller !

Tofu House Inle Lake

On charge les vélos dans une pirogue, on traverse le village flottant puis le lac d’Est en Ouest pour rejoindre la rive opposée.

Nous partons pour la « Tofu House Inle Lake« , où M. Saw organise un tour dans le village pour nous faire visiter différents ateliers sur le thème de la nourriture. Principalement le tofou, mais pas que.

Le tofou sous toutes ses formes…

Frit, séché, en biscuit… on passe d’atelier en atelier pour voir les ouvriers en action, en train de malaxer, cuire, ou faire sécher les différents types de tofou.

La canne à sucre est aussi pas mal exploitée ici pour produire du sucre ou encore des sortes de confiseries.

Autre découverte, l’alcool de riz, produit ici avec un alambic fait maison en bambou. Ce n’est pas très bon, mais le gars a un argumentaire bien rodé : « Pour 1000 Kyats la bouteille d’alcool de riz, tu peux te mettre une cuite à 2 alors qu’une bière, ça coûte 2000 Kyats et t’es même pas bourré ».

Un rapide passage par les ateliers où sont triées et torréfiées toutes les graines, haricots, cacahuètes… et pour terminer, M. Saw nous emmène chez lui pour goûter toute une variété de plats à base de tofou sucrés et salés… Trop bon mais tellement copieux alors que nous nous sommes fait un restaurant 2h plus tôt…

Allez, il faut éliminer tout ça… On se remet en selle avec quelques arrêts en route pour assister à un match de volley et profiter des paysages en chemin, avec une belle lumière tombante.

Un coucher de soleil sur le lac Inle

Les couchers de soleil, on ne s’en lasse pas, et le lac Inle non plus. Alors banco, on se fait un coucher de soleil sur le lac !

On part au « port » en fin d’après midi pour se trouver une petite pirogue qui va nous y emmener. Impossible de négocier, ce sera 12000 Kyats le bateau.

C’est ici que nous retournons vers le Maing Thauk bridge pour en profiter à nouveau, on retraverse les villages flottants et notre chauffeur nous emmène sur le lac.

Pile-poil pour le coucher de soleil. On croise ici quelques pêcheurs. De vrais pêcheurs en train de poser leurs filets et qui ne nous calculent pas, et d’autres pêcheurs ici pour faire le show sur une jambe avec le panier… Oui, on le savait, c’est un peu dommage, mais ça fait partie du folklore… Et puis, c’est hyper photogénique…

Et puis, on se pose et on profite …

A FAIRE ABSOLUMENT !

Un moment sympa pour notre dernier jour !

Une cérémonie d’offrandes ayant lieu à la Shwe Baww Di Pagoda, le manager de l’hostel nous propose de nous joindre à eux pour y participer. Une fois par an, les birmans offrent toutes sortes de choses au monastère, essentiellement de la nourriture, du riz en quantité astronomique, mais aussi des médicaments. La cérémonie démarre autour de la pagode, où plusieurs centaines de moines défilent et reçoivent les offrandes, et cela continue ensuite jusque dans les rues de la ville.

Tout cette partie du Myanmar est une belle découverte et à ne pas rater ! Et nous avons vraiment adoré prendre le temps d’en profiter ici.

Il y aurait encore bien d’autres choses à faire ici comme par exemple, les vignobles (a priori, une vue super au coucher de soleil), les sources d’eau chaudes, un coucher de soleil sur les hauteurs, ou encore des randonnées…

Mais les prochaines étapes au Myanmar nous attendent, alors…

en route !

Comments:

  • 20 mars 2020

    Bonjour, vous m’avez épuisée avec cette rando bien bien chargée !!! Mais quelles incroyables experiences et rencontres vous avez faites. Le tour de l’artisanat sur le lac semble incontournable. Mais vous avez eu la chance de voir de beaux jardins flottants. Vous parlez de la bonne saison et effectivement ce n’est pas évident de toujours bien tomber. Nous avions encore la pluie alors nous avons abandonné l’idée de rando autour du lac car les chemins n’étaient que boue et les jardins flottants en friche. Tout ça pour dire que nous sommes heureux de vivre ces expériences « ratées » à travers vous. Merci beaucoup. Des bisous. Portez vous bien. Sandrine et Luc

    reply...

post a comment